03 – Reconnaître et développer des services d’accompagnement dans l’emploi

03 Reconnaître et développer des services d’accompagnement dans l’emploi

La possibilité d’avoir un emploi pour les personnes qui souffrent de troubles psychiques permet d’ouvrir à une reconnaissance de leur contribution sociale dans une organisation. Cela est déterminant dans leur processus de santé, l’amélioration de leur situation économique et la citoyenneté réciproque de ces personnes et de leurs employeurs. Pour ce faire, il s’agit de reconnaître et de développer des équipes qui accompagneraient ces personnes dans l’emploi selon des méthodes adaptées à leurs spécificités et aux exigences des entreprises.

Un programme pilote appelé « activation » a été initié par le gouvernement fédéral en 2003. Il a été repris à partir de 2005 par la Région wallonne en se focalisant sur l’accompagnement de personnes qui souffrent de troubles psychiques dans l’emploi. Deux associations sont actuellement subventionnées par la Région wallonne dans le cadre de conventions concertées entre trois cabinets (Emploi, Formation, Action sociale et santé) : Article 23 asbl et l’A.I.G.S.

La possibilité d’avoir un emploi pour les personnes qui souffrent de troubles psychiques permet d’ouvrir à une reconnaissance de leur contribution sociale dans une organisation. Cette reconnaissance contribue à l’estime de soi et améliore le processus de santé et de bien-être. Elle a aussi un impact plus sociétal. Elle met en valeur les capacités des personnes, alors que souvent celles-ci sont vues sous l’angle de leurs insuffisances, voire stigmatisées en insistant sur leurs nuisances réelles ou souvent imaginaires. La mise à l’emploi transforme les regards, elle ouvre à l’inclusion en permettant une contribution économique et sociale à notre société. C’est-à-dire qu’elle renforce la citoyenneté.

Les processus de mise à l’emploi ne réussissent qu’à condition de prendre en compte à la fois les personnes qui souffrent de troubles psychiques et les employeurs. Le travail d’accompagnement prend en compte les intérêts de ces deux parties. Il veille à ce qu’une dynamique bienveillante s’installe dans l’organisation envers le nouvel employé.

La proposition est de reconnaître et de développer des équipes de 5 ou 6 équivalents temps plein par territoires de 200 000 habitants. Ces équipes ont pour mission d’agir directement sur la mise à l’emploi et les accommodements de travail nécessaires dans l’entreprise. Elles mettent en oeuvre un processus qui aide la personne à cerner ses intérêts professionnels et à comprendre le marché du travail, à apprendre des stratégies de recherche d’emploi puis finalement à durer dans l’emploi qu’elle a obtenu. Ce suivi est individualisé, même s’il utilise des méthodes de groupe. Il est à durée indéterminée, c’est-à-dire qu’il se prolonge autant de temps que nécessaire.

Ces équipes ont également pour mission de développer autour d’elles et des personnes qu’elles accompagnent un ensemble de partenariats essentiels à la mise en oeuvre de cette mise à l’emploi. Trois types d’acteurs sont particulièrement déterminants : les employeurs actuels et potentiels, les opérateurs de formation et d’insertion, les professionnels de la santé.

Télécharger nos 3 récits « Mais où s’en va la vie ? »

Télécharger notre carnet de propositions politiques

Plateforme d'action

Notre carnet de propositions politiques propose des normes, des formes institutionnelles qui devraient être coulées dans le droit. Le Centre Franco Basaglia souhaite faire bouger les lignes et pour ce faire crée des plateformes afin de faire aboutir des décrets et ordonnances qui amélioreraient la vie des personnes aux prises avec des souffrances psychiques.

Pour rejoindre cette plateforme, contacter le responsable par mail (educationpermanente@psychiatries.be) ou en cliquant sur le bouton ci-dessous.