Constituer un commun : singularité, vulnérabilité, soin

motif site 6

 Auteure : Marie Absil, Philosophe et animatrice au Centre Franco Basaglia

avec la collaboration de Clélia Van Lerberghe, Philosophe

 

Résumé : Etude publiée en 2014 et portant sur le concept de singularité

 

Temps de lecture : 2 heures

Dans cette étude, nous interrogeons le concept de « singularité » dans ce qui le relie aux modifications contemporaines de la notion d’identité. Les singularités n’existent que dans la mesure où elles s’inscrivent dans des contextes collectifs. 

 

En effet, l’affirmation de sa singularité contient une attente de réciprocité, d’égalité et de reconnaissance mutuelle de la vulnérabilité originaire de chacun. C’est pourquoi des questions jadis considérées comme des épiphénomènes des processus démocratiques deviennent aujourd’hui le cœur même de la démocratie. 

 

Car la constitution d’un commun ne suppose rien de donné d’avance ou qu’il faudrait se procurer. Constituer un commun, c’est d’abord se rassembler pour faire mouvement, pour mettre en mouvement. Nous développons ainsi une idée du commun non comme état, mais comme relation sans cesse à construire et qui nécessite un soin constant. 

 

Nous interrogeons enfin le statut du soin et les conditions de possibilités de la constitution d’un commun du soin. 

 

Le concept de care formulé par les éthiques féministes américaines permet de ressaisir les enjeux pratiques du commun des singularités.

 

Cliquez ici pour télécharger cette étude au format pdf

print