- Actualités -

Troubles & Libertés – “A travers les murs”

Troubles & Libertés – “Les mondes parallèles”

Le collectif Troubles & Libertés sur 48FM

A l’écoute des quasi-personnes

Balades sensibles du collectif Troubles & Libertés

Un nouveau lieu pour les Expériences du Cheval Bleu

- Prochaines activités -

- Dernières analyses -

Au travers d’analyses conceptuelles, de récits et fictions, d’analyses d’oeuvres artistiques et de propositions politiques, le Centre Franco Basaglia développe trois univers d’inspiration : 1° la reconnaissance et l’émancipation, 2° l’hospitalité et 3° la justice sociale. Par ces divers chemins, il invite les citoyens à voyager, à se questionner et à voir les maladies psychiatriques et les souffrances psychiques comme des modes de vie qui mettent en difficulté et interrogent les relations dans notre société.

  • Tous
  • 2021
  • concepts
  • hospitalité
  • oeuvres
  • récits
  • reconnaissance et émancipation
La parole est un oeuf

La parole est un oeuf

Certes, la valeur de la parole d’une personne peut dépendre de son statut social. Quand les experts, les académiques ou les politiques s’expriment, ça a une autre légitimité que quand la RTBF fait un micro-trottoir, et une autre encore quand une personne sans domicile fixe apostrophe les passants. Mais, à l’inverse, la nature de la prise de parole ne peut-elle pas donner un statut à la personne ?

L'artiste et le fou

L’artiste et le « fou » : frères d’armes ou frères ennemis ?

Il est de bon ton de mettre en valeur la fragilité de l’artiste, sa sensibilité à fleur de peau. D’ailleurs, on ne compte plus les études mettant en relation créativité et troubles psychiques, comme si le lien de cause à effet était évident ; comme si tous les artistes étaient un peu fous, et que tous les « fous » étaient forcément des artistes. Sans surprise, les deux termes sont même devenus quasi-synonymes dans le langage courant, et l’on dit volontiers des personnes faisant preuve d’un grain de folie : « Oh, c’est un artiste ! ».

Du bon usage de la douceur

Du bon usage de la douceur

En 1845, Edgar Allan Poe publie la nouvelle visionnaire “Le système du Docteur Goudron et du Professeur Plume” où il est question d’un asile privé célèbre pour appliquer la méthode de la douceur auprès de ses pensionnaires. Ce même XIXème siècle voit se développer de nouvelles pratiques de soin en Europe et ailleurs dans le monde, basées sur une humanité accrue.
Aujourd’hui encore, la douceur bouleverse et transforme.

Raisons d'être - Article 23 - Etude

Raisons d’être (étude 2021)

La raison d’être désigne, en philosophie ou en métaphysique, le sens, la cause véritable et profonde, de l’existence d’une chose ou d’un être. Pour une entreprise, elle désigne la façon dont elle entend jouer un rôle dans la société au-delà de sa seule activité économique.
En 2017 a débuté une démarche de réflexion participative, mise en œuvre par le Centre Franco Basaglia, afin de saisir la raison d’être de l’expérience Article 23 pour les différentes parties prenantes.

C'est pas grave

C’est pas grave !

Dans La société du mépris, publié aux éditions la découverte en 2006, le philosophe Axel Honneth  aborde la question de l’invisibilité ou de la non-existence sociale en montrant que l’invisibilité passe bien par une opération de mise en visibilité préalable. Celle-ci consiste à identifier l’autre que l’on ne souhaite pas voir. Le mépris se manifeste dès lors que l’on agit envers l’autre en faisant comme s’il n’était pas là, ce qui suppose bien une identification préliminaire afin de ne pas le voir ou de donner l’impression de «voir à travers lui».

Frederick Exley, ou la soif d'exister

Frederick Exley, ou la soif d’exister d’un loser

Frederick Exley est un loser fini, un grand raté ! Sa vie n’est qu’alcool, échecs, insatisfactions, dépression et exubérance inadaptée. Sa plus grande passion ? Les New York Giants, une équipe de football américain. Mais il est par-dessus tout le fan ultime de Frank Gifford, l’un des joueurs phare de cette équipe. Et tout cela tourne à l’obsession dans sa vie !
Le « Dernier stade de la soif » est un roman de Frederick Exley. L’autofiction d’un loser et de sa soif d’exister. Mais que vient toucher en nous un tel récit ?

Parcours de rétablissement

Parcours de rétablissement

La notion de rétablissement en santé mentale fonde, sans aucun doute, pour les personnes qui vivent avec des souffrances psychiques, une manière précieuse de considérer leur propre vie. Mais la confusion entre un cheminement en recherche d’équilibre, et un état d’équilibre retrouvé est consubstantielle au mot. Il en va de même, en anglais, du mot recovery, dont il est la traduction. Et il se pourrait bien que cette confusion strictement sémantique dissimule des tensions profondes.

relations avec les quasi-personnes

Présences absentes, une enquête radiophonique

Olivier mène une enquête radiophonique à l’écoute de nos relations avec des quasi-personnes. Ceci est son journal d’enquête.

S'abonner à notre lettre d'information